Pandora

Boîte à Créations

Votre panier est vide.

Fleur de Lys

Écrit par Jordan Cardinal
Lecture: 3 minutes
 Ce petit village d’Astérix 
 Dont on dit qu’il n’a pas d’histoire, 
 Cette terre sauvage, pacifique,
 Protégée par la neige au nord…
  
 Certains l’appellent Nouveau-Monde
 Et d’autres la Terre Ancestrale.
 C’est parce que la Terre est ronde
 Et que l’oubli est magistral.
  
 Pour se rappeler d’où il vient,
 Un peuple chante « je me souviens ! »
 Mais dans le jardin de son cœur
 Grandit en silence une fleur
 Qui refuse de faner.
  
 Elle attend le printemps, elle veille
 Sur le destin ; elle surveille
 Le dénouement de l’histoire.
 Elle attend le signal pour à nouveau éclore.  
  
 …
  
 Y avait-il ici une première alliance
 Avant l’intervention royale de la France ?
 Avant que les drapeaux de la Grande-Bretagne
 Se plantent comme des poignards 
 Dans le dos des montagnes…
  
 Savait-on que la vraie, l’authentique noblesse
 N’est pas dans le titres, ni dans la richesse
 Mais dans le cœur ? C’est un présent
 Que la Terre donne à ses enfants
 Et qui se perd. 
 Plusieurs nations l’ont découvert 
 À leurs dépends.
  
 Qu’a-t-on apporté d’autre du vieux continent
 Que les fusils, l’alcool, la religion, l’argent ?
 Autre chose que le plan dominateur de Rome ;
 Quelque chose qui serve l’évolution de l’Homme !
  
 Acadiens déportés, patriotes pendus !
 Qui étiez-vous vraiment ? Vous-mêmes l’avez-vous su ?
 Quand le mot : « Liberté ! » jaillisait de vos lèvres,
 Quand vous offriez votre vie pour un rêve…
  
 Était-ce pour la fleur, était-ce pour l’Alliance ?
 Devrais-je parler encore ou garder le silence ?
  
 …
  
 « On ne peut posséder la Terre » 
 Avait dit un vieil Algonquin.
 « Elle reste. Tu es éphémère. 
 Écoute plutôt le refrain 
 De la rivière. Le vent murmure. 
 L’arbre te parlera, bien sûr,
 Si tu ne le coupes pas. 
  
 C’est comme le temps que tu mesures
 Pour ne pas te faire emporter -
 Comme la carcasse des bisons
 Qui pourrissaient dans la vallée. 
     
 Le temps est bon si tu partages, 
 Et si tu décides d’aimer
 La vie en toute chose. »
 Sait-on écouter ? 
  
 Sables bitumineux, fonds marins et plan nord ;
 Pots de vin, coupes à blanc : la Nature vaut de l’or !
 Est-il vraiment trop tard pour se la rappeler ?
 La Terre Promise vaut-elle encore d’être sauvée ?
  
 Tu te rappelles bien ce que tu dois aux banques…
 Que dois-tu à la Terre ? Est-ce ta mère qui te manque
 Quand tu marches bien droit, la cravate au cou ?
 Quand tu te sens si seul, isolé de tout.
  
 …
  
 Le vieil Algonquin regarde le crépuscule :
 La nuit qui avance, la lumière qui recule
 Et la forêt qui tremble au passage du temps.
 Les grenouilles, déjà, célèbrent le printemps !
 Et le vent dans la plaine, libre et souverain,
 Fait chanter aux montagnes : « Enfin, je me souviens ! »
  
 Acadiens déportés, patriotes pendus !
 Qui étiez-vous vraiment? Vous-mêmes l’avez-vous su ?
 Quand le mot : « Liberté ! » jaillisait de vos lèvres,
 Quand vous offriez votre vie pour un rêve…
  
 Était-ce pour la fleur, était-ce pour l’Alliance ?
 Devrais-je parler encore, ou garder le silence ?
Extrait du Carrousel de Âges

Articles connexes

"Dans la province de l'esprit, ce qui est cru vrai est vrai ou le devient, jusqu'à certaines limites à définir par l'expérience et l'expérimentation. Ces limites sont en fait d'autres croyances à transcender. Il n'y a dans l'esprit aucune limite."

- John C. Lily

Commentaires récents

    Requiem

    Recueil de poésie incantatoire en cinq chants. (PDF, 64 pages)

    Vous souhaitez soutenir les initiatives de Pandora? C'est très simple, et vos dons sont grandement appréciés!
    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram